Le renversement de toutes les valeurs, et l'altération du sens des mots - tels sont les principales conséquences du règne du marketing.

C'est bien connu, quand on entend 'l'amour ne s'achète pas. Pour le reste, il y a une carte bancaire', le message est clairement que la carte bancaire permettra d'acheter l'amour... Que penser alors des slogans du style : 'venez comme vous êtes', 'exprimez-vous', 'you're born this way', 'pensez différent', 'soyez vous-mêmes'etc. ? C'est une sorte d'impératif paradoxal : une injonction collective à être unique, mais de la même façon. Une immense machine à conformisme, sous le couvert d'un individualisme forcené.

Soyons cool, soyons rebelles, soyons nous-mêmes, contre ce que la société veut que nous soyons. Tout cela est bien beau. Mais cela reste des slogans publicitaires. À qui profite le crime ?

Pour paraphraser une citation de Spinoza (je ne retrouve plus l'originale), ce n'est pas la contrainte qui est la preuve de l'absence de liberté, mais l'obéissance.

Ou celle-ci : 'les hommes se trompent quand ils se croient libres; cette opinion consiste en cela seul qu'ils sont conscients de leurs actions et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés.'

Par exemple si un homme, appelons-le Steve J., dépense des millions de dollars pour persuader de l'intérêt d'acheter un produit fabriqué dans des conditions de quasi-esclavage et avec des minerais extraits dans des pays en guerre civile, et qu'au final des millions de personnes achètent effectivement ce produit - qu'importe que les acheteurs soient persuadés d'avoir acheté ce produit en toute liberté, convaincus par l'intérêt du produit, et non contraints par une force policière ou manipulés par une propagande efficace. Le résultat est le même, et probablement plus efficace qu'avec une contrainte réelle. Ces millions de 'citoyens libres' ne sont en fait que des consommateurs/parts de marché pour lesquels le concept de liberté n'est qu'une variable parmi d'autre, et probablement la plus malléable.

L'achat de cet objet, loin d'être un signe d'obéissance, équivaut au contraire, dans l'esprit des acheteurs, a une revendication de liberté et d'indépendance !

(je précise, pour bien montrer que je ne m'exclue nullement du phénomène que j'analyse, que cet article a été rédigé depuis un IPhone... Quelle ironie !).